Michèle Angelvi : J'ai rêvé la nuit bleue (Prix A.R.D.U.A. 2010 : catégorie prose poétique)

J'ai rêvé la nuit bleue - Michèle Angelvi     Il était quatre heures du matin. Je venais d’être réveillé par une intense douleur. De violentes contractions m’arrachèrent définitivement au sommeil. Je cherchai à tâtons le verre d’eau et les comprimés sur la table de chevet. Je me redressai sur mon séant, puis m’adossai au mur. Je restai ainsi immobile, les yeux clos, respirant avec peine.
    Lorsque les spasmes s’atténuèrent, je rouvris les yeux et regardai autour de moi. M’accoutumant peu à peu à la pénombre, je distinguai de plus en plus nettement le contour des objets, puis reconnus ma nouvelle chambre. Je me levai lentement et me dirigeai vers le balcon, où je me laissai choir, épuisé, dans un fauteuil. La nuit était silencieuse. La lune éclairait la mer de son pâle reflet argenté.
    Il y avait presque deux jours que j’étais arrivé à Méthoni, à l’extrême sud-ouest du Péloponnèse. Comme les crises se faisaient de plus en plus fréquentes, mon médecin m’avait conseillé le repos et le grand air. Mon ami Marco m’avait alors proposé de me prêter sa villa au bord de la mer : « Tu verras, m’avait-il dit, là-bas, tu auras l’impression d’être au bout du monde. »
    J’avais quitté Rome sans plus tarder et après avoir traversé l’Italie, avais pris le bateau à Brindisi. Le lendemain, j’avais débarqué en Grèce, puis avais longé la côte occidentale du Péloponnèse jusqu’à Méthoni.
    Je contemplais la baie qui s’étendait devant moi. Les îles, au large, se devinaient à peine dans l’obscurité. La nuit était encore douce pour la saison, car c’était déjà l’automne.

Après une licence de Lettres Modernes à Bordeaux, Michèle Angelvi a obtenu une bourse de recherche à Athènes, en littérature comparée, pour une maîtrise sur le poète Georges Séféris, puis un doctorat sur Odysséas Elytis et le surréalisme. Elle y a vécu vingt ans et traduit des livres, du grec vers le français (littérature, art, archéologie, guides de voyage, etc.).
Elle réside désormais au Moulleau, sur le bassin d'Arcachon, où elle a publié ce premier roman, qui se situe en Grèce, ainsi qu'en Italie, et qui a obtenu le prix A.R.D.U.A. (catégorie prose poétique) à Bordeaux en 2010.

Prix TTC (port inclus) : 20 € Acheter avec Paypal
Possibilité de paiement par chèque, contactez Galazio
© Galazio Úditions | Mél. :